Imprimer
Affichages : 5665
Voilà, nous le savons désormais, nous avons 11 candidats aux élections présidentielles de 2017.
Ainsi, je vous propose dans cet article d'étudier les programmes des différents candidats à l'élection présidentielle de 2017.
Ces programmes seront actualisés au fur et à mesure des candidatures déclarées et des programmes dévoilés.
 
Il est hors de question pour moi je vous guider sur tel ou tel candidat(e). Le choix de vote est personnel et je n'ai aucune prétention quant à l'influencer.
 
N'oubliez pas que votre choix doit être orienté par votre profession mais aussi par l'ensemble de vos critères.
Il est "facile" de faire de la démagogie et de promettre beucoup de choses. Tenir ses promesses est beaucoup plus complexe...
 
Vous trouverez en guise de 12e candidat, les propositions du CNOMK pour la présidentielle...
Ne manquez pas la conclusion.
 
Bonne lecture à vous.
 
Vincent Jallu
 

 

Nathalie Artaud

Le programme santé de Nathalie Artaud est assez sommaire avec une vision simple.

Les soins doivent être totalement gratuits pour tous.

Pour financer cette proposition, elle met en avant le fait que les grands groupes industriels, en particuliers pharmaceutiques et de la finance, regorgent d’argent. Elle insiste donc sur le fait de prendre sur leurs profits pour financer la médecine gratuite pour tous.

Nathalie Artaud souhaite aussi axer son programme sur la prévention, l’éducation thérapeutique et le dépistage, mais sans favoriser les grands groupes pour que l’argent public serve à l’ensemble de la population.

Vincent Jallu

 

 
François Asselineau
 
François Asselineau en préambule de son programme santé considère que l’union européenne détruit la sécurité sociale française en organisant une mise en concurrence des médecins, en augmentant le déficit chronique pour promouvoir les mutuelles, en reconnaissant les diplômes équivalents mais pas les formations, en nivelant par le bas les salaires, en imposant le médecin traitant, en promouvant la délocalisation des fabricants de médicaments, en faisant passer en force le traité transatlantique avec les USA.
Il propose donc pour remédier à cela, de sortir de l’union européenne.
 
Il souhaite inscrire la sécurité sociale dans la constitution et une prise en charge maladie à 100%, même si l’optique, le dentaire et l’audition ne seraient pas totalement couverts.
 
François Asselineau veut une étude indépendante sur l’ensemble des médicaments afin d’organiser une suspension des autorisations de commercialisation pour ceux qui sont inefficaces voire dangereux.
 
Il souhaite règlementer les relations laboratoires-médecins-organismes de santé publique.
 
Concernant l’accessibilité au soins, il souhaite stopper les regroupements d’établissements et redonne son indépendance à la médecine de ville.
Toujours sur le domaine de l’indépendance, il souhaite relancer la recherche hospitalière sans être sous la tutelle des ARS et des « cartels » pharmaceutiques.
Sur le sujet des études et de la formation, François Asselineau souhaite adapter le numérus clausus de chaque profession de manière plus réactive et plus adaptée.
 
Nous concernant, ainsi que l’ensemble des professionnels libéraux, il souhaite réaffirmer les codes de déontologie pour préserver l’indépendance nécessaire à l’accomplissement des missions affectées.
Il veut remettre en cause le tiers payant intégrale et prône l’entente directe entre malade et médecin en matière d’honoraires.
Il appelle à la suppression du RSI et de la CIPAV.
 
Enfin en matière de e-santé, François Asselineau veut assurer la confidentialité, le secret médical et la protection des données. Ainsi il propose un réseau crypté et inviolable en interdisant le stockage informatique à l’étranger.
 

Vincent Jallu

 

Jacques Cheminade

 

Monsieur Cheminade a pour point d’orgue, de remettre les français au travail.
 
Son programme santé s’articule autours de trois axes majeurs:
- le remboursement à 100% de l’ensemble des Soins
- la régulation des prix des médicaments
- l’interdictions des dépassements d’honoraires
 
Pour le premier point, Jacques Cheminade souhaite augmenter la part de l’assurance maladie pour tous les soins, propose la suppression des franchises médicales, et favorable à la création de rémunérations forfaitaires.
 
Au registre de la régulation des prix des médicaments, monsieur Cheminade entend réformer le mode d’évaluation des produits de santé. Il souhaite installer une coordination européenne pour améliorer le rapport de force contre les laboratoires. Il propose enfin de limiter le prix de vente des dispositifs médiaux à la base de remboursement.
 
Quant à interdiction des dépassements d’honoraires, si monsieur Cheminade veut les abolir totalement, il propose en contre partie une consultation médicale à 30€. Aucune précision pour les autres catégories de personnels.
Pour lutter contre les déserts médicaux, Jacques Cheminade se dit favorable au conventionnement sélectif , au transfert de taches et à la télémédecine.
 
Comme beaucoup, le financement de ses propositions reste « trouble » voir obscur.

VIncent Jallu 

 

Nicolas Dupont-Aignan 

Nicolas Dupont-Aignan axe l’ensemble de son programme sur le mérite et l’effort et souhaite lutter contre les abus et « l’assistanat sociétal ». 

Il a défini 3 priorités de travail dans son programme santé.

En ce qui concerne l’accès au soin, il souhaite proposer un schéma national des services publics (non seulement concernant la santé mais aussi l’ensemble des services publics), afin d’arrêter les fermetures de sites et de répartir collectivement les structures et équipements.

Il préconise une augmentation du numerus clausus des médecins d’au moins 30% pour atteindre 10 000 praticiens diplômés par an, systématiser les bourses d’études en échange de 10 ans de pratique en zone sous dotée.

Il souhaite aussi abaisser les charges sociales de praticiens exerçants dans ces zones.

 

Par ailleurs il propose de déléguer les compétences médicales pour que le médecin puisse réellement organiser un réseau de soin local. Cette délégation pouvant être organisée par nous masseurs-kinésithérapeutes.

Il propose dans ce sens l’ouverture de 1000 maisons de santé sur le territoire pour assurer la couverture du territoire des communes de 3500 à 10 000 habitants.

 

En matière de handicap, il souhaite y consacrer 5 milliards d’euros. Voulant créer des centres relais, développer le braille, la langue des signes et intégrer au mieux les handicapés aux écoles et au monde du travail.

Il propose l’augmentation de l’allocation adulte handicapé de 200 euros, une fiscalité adaptée aux familles touchées par le handicap, un quota de 6% de travailleurs handicapés au sein des entreprises et un accès facilité de télétravail.

 

Rattaché au handicap, le maintien de l’autonomie et de la dépendance des personnes âgées intègre son programme comme « grande cause nationale ».

Il souhaite ainsi débloquer 5 milliards supplémentaires à cette tache.

En matière d’e-santé, Nicolas Dupont-Aignan propose la création d’une Agence Médicale Européenne qui serait en charge des bases de données médicales des citoyens européens, de déployer des solutions sur le diagnostique automatique , la recherche médicale génomique ainsi que le développement des outils de découpage de l’ADN pour les traitements géniques.

 

La prévention par le biais des objets connectés occupera une grande place avec la création d’un fond financier de plus de 50 million d’euros pour la recherche et la fabrication d’objets connectés dédiés à la santé.

 

D’un point de vue général, Il souhaite le remboursement à 100% des lunettes (une paire tous les 4 ans) et des prothèses auditives (une paire tous les 5 ans), tout en améliorant le remboursement des soins dentaires.

Il veut encadrer la CMU et supprimer l’Aide Médicale d’État afin de limiter les abus. et si il propose d’élargir la CMU aux plus de 65 ans, parallèlement il souhaite ne plus accorder systématiquement l’accès au soins aux émigrés et aux clandestins.

Par ailleurs il souhaite un système de sécurité sociale unique à l’image de ce qui existe en Alsace-Lorraine. Il supprimerait le RSI et veut mettre fin au « maquis des mutuelles ».

 

Nicolas Dupont-Aignan propose d’inverser le rapport de force avec les laboratoires pharmaceutiques en indexant les prix au marché européen. Il veut dérembourser l’ensemble des médicaments aux effets douteux ou inexistants et souhaite développer les génériques.

En ce qui nous concerne, Nicolas Dupont-Aignan propose d’augmenter les honoraires. par exemple la consultation d’un médecin pourra être portée à 35€. Le coût de ces augmentations serait compensé par l’aspect préventif du travail en amont de la maladie.

 

Une des mesures phares du programme de Nicolas Dupont-Aignan est la suppression du financement de la protection sociale par les cotisations sociale. En effet, il souhaite financer le système par l’impôt.

Il propose de valoriser et faciliter les « aidants » en proposant des formations mais aussi des congés spécifiques.

 

Au final, le programme santé de Nicolas Dupont-Aignan est l’un des plus détaillés quand aux mesures générales. Cependant un de ses points principaux lié à la reconnaissance de la pénibilité de certaines professions reste assez vague.

Comme pour l’ensemble des candidats, son financement reste un peu moins détaillé.

 

VIncent Jallu


 

François Fillon

La principale mesure de François Fillon favorable à notre profession est la suppression de la loi de santé et donc au Tiers Payant Généralisé (TPG)

Paradoxalement, il souhaite dans le même temps redéfinir les grands axes de l’assurance publique qui serait alors orienté vers les pathologies dites « graves » en complément de l’assurance privée qui serait en charge des autres pathologies.

De fait, on supprime la loi de santé d’un côté et on la ré-injecte de l’autre…

Grace à ce système, monsieur Fillon promet d’imposer un équilibre comptable des comptes de l’assurance maladie. Il semble évident que cet équilibre sera assez facile à obtenir si celle-ci ne gère que les pathologies « graves ».

Concernant le TPG, même si sur le papier sa suppression est intéressante, nous pouvons assez facilement imaginer que l’assurance maladie ne sera en charge que des ALD, AT et autres pathologies qui sont actuellement en tiers payant. Si l’assurance privée prend en charge le restant des affections, il y a fort à parier que ces assurances utiliseront le tiers payant imposé par leurs contrats. Vous venez de le comprendre, supprimons le TPG, le voila revenir par la porte dérobée.

Au registre de la santé publique, le programme souhaite revoir la carte hospitalière en incluant des critères de qualité et d’activité et ne pas utiliser uniquement le critère de proximité, désengorger les services d’urgences en développant les maisons médicales de ville ainsi que des structures de « petites urgences ». N’en doutons pas, nous sommes là sur des mesures uniquement comptables qui risque d’aller dans le sens actuel de la politique hospitalière avec la disparitions des petites structures de proximité (maternité, hôpitaux de campagne…) au profit de grosses structures.

Mesure phare, revenir sur les 35 heures et appliquer les 39 heures.

Il souhaite aussi favoriser les échanges hôpital-privé. Cela permettrait aux médecins hospitaliers d’exercer en clinique ou en ville et qu’un libéral puisse participer aux soins à l’hôpital et à l’enseignement etc créant un statut de « médecin attaché à l’hôpital ».

Du côté du financement, François Fillon souhaite lutter contre la surconsommation d’actes médicaux et les comportements à risques, créer un franchise médicale universelle et supprimer les charges patronales et prélever les cotisation d’assurance maladie par le biais de la CSG et/ou de la TVA. N’oublions pas que les praticiens conventionnés ne payent qu’une part infime de cotisation d’assurance maladie. Si l’ensemble des cotisations sont prélevées sur la TVA, cela impliquera une perte de revenus indirectes pour les praticiens conventionnés, et surtout l’un des derniers avantages conventionnels disparaitra.

Pour finir, ce programme valoriser le médecin traitant dans le parcours de soin et la prévention, favorise   l’informatisation des cabinets pour le Dossier Médical Personnel (DMP) et la communication inter-professionnelles, ainsi que la télésanté. Il garantira le maintient des revenus sur les Objectifs de Santé Publique (ROSP), favorisera la création de maisons de santé et favorisera les gardes en leur sein.

Il incitera à l’installation (majoration d’honoraires, diminution de cotisations URSSAF, CSG…), introduira de tarifs spécifiques au handicap et reverra la sélection des étudiants en fonction des besoins et de la répartition territoriale.

Il n’y a pas dans ce programme de mesures spécifiques dédiées à la masso-kinésithérapie. Alizé a déjà interpellé monsieur Fillon pour l’informer de la situation de notre profession au sein de l’hôpital et des cabinets libéraux.

Monsieur Fillon a modifié son programme depuis cette parution.

De ses propres mots, il a corrigé son programme de manière rebâtie, enrichie, et améliorée.

Il assure 20 miliards d'euros d'économies en cinq ans sur l'assurance maladie. Il assure cependant que le niveau de prise en charge ne changera pas.
Il promet la mise en place d'une agence de garantie de la couverture solidaire des dépenses de santé ainsi qu'un plan "santé école" avec la prise en charge à 100% des lunettes des enfants ou encore une aide d'accession à la mutuelle pour les plus démunis.
Il a par ailleurs réaffirmé sa volonté de supprimer le TPG.
Il a assuré que la suppression de 500 000 fonctionnaire ne toucherait pas le dommaine de la santé.

 

Vincent Jallu.


 

Benoît Hamon

Benoît Hamon remet en cause directement la liberté d’installation.

En effet, il considère que toutes les formules incitatives que l’on a mis en place pour faciliter l’installation des médecins dans les territoires sous-denses ne marchent pas. Il propose de fait que la liberté d’installation soit aménagée à la sortie des études.

Notons que lors du débat de la primaire de gauche du 19/01/17 monsieur Hamon a commis une erreur nous concernant su ce thème. En effet, il a annoncé que le conventionnement sélectif était déjà d’actualité dans notre profession, or, pour l’instant nous savons que ce n’est pas le cas.

Il est par ailleurs partisan de la création d’une mission nationale d’accès au soin pour appuyer et coordonner l’installation des médecins et les informer.

 En matière de de santé publique, Benoït Hamon demande la reconnaissance de la pénibilité du travail à l’hôpital. Il regrette, bien qu’il ai signé le projet de loi de financement de la sécurité sociale, que l’hôpital soit considéré comme une entreprise. Ainsi il regrette que les économies d gestion diminue la capacité et la qualité d’accueil des urgences. Cependant il ne propose pas pour l’instant de solution à cette problématique, même si il remet en cause directement le financement de type T2A.

 Concernant le financement de l’assurance maladie, là encore, aucune solution réellement engagée hormis revoir les allègements de cotisation sacralisées qui permettrait de financer des politiques de prévention et de santé publique.

Benoît Hamon promet aussi une meilleure prise en charge des prothèses auditives, dentaires et des lunettes. Le financement serait fait en supprimant les 4 à 6 millions d’euros qui sont actuellement versés aux entreprises et aux professionnels libéraux pour financer les complémentaires santé.

Quelques pistes ont été évoquées dans d’autres domaines de santé publique concernant une meilleure prise en charge du « burn out », des troubles psychologiques de l’enfant, de l’arrêt de l’importation des pesticides perturbateurs endocriniens, de la sortie du diesel d’ici à 2025 et de la réduction des polluants aériens.

Il reste favorable à la légalisation de la consommation du cannabis tout en investissant 568 millions d’euros par an dans la prévention. Ces fonds étant actuellement alloués à la répression.

Il souhaite un débat sur l’euthanasie, des avancées dans la santé numérique et la remise en cause du RSI.

Un point important pour notre profession a été abordé par le candidat Hamon. En effet, selon lui, il a été démontré qu’une activité physique serait moins onéreuse pour la sécurité sociale qu’une semaine d’hospitalisation. Il a fait directement référence aux patients atteints d’une pathologie chronique et donc au « sport sur ordonnance ». Bien que le décret du 31/12/16 sur ce thème nous soit favorable, nous nous devons de rester extrêmement vigilant sur le sujet. D’autant que monsieur Hamon stipule bien que le remboursement de ces actes accélèrera la mobilisation des complémentaires santé dans ce domaine.

Beaucoup d’axes de réflexion et de travail sont avancés par Benoît Hamon, cependant peu ou pas de chiffrage ni de solutions proposées.

Vincent Jallu.


 

Jean Lassale

Le programme santé de Jean Lassale est assez concis.

Il considère que la dette publique, due aux énormes bénéfices faits par les établissements financiers , prive de ressources l’école ou l’hôpital.

Ainsi il propose de supprimer l’oppression financière pour retrouver une liberté d’entreprendre et pour gérer nos services publics.

 

Son seconde et dernier point concerne le médicament.

Jean Lassale convient qu’il faille redresser les comptes mais qu’il faut aussi faire preuve de douceur dans les mesures.

 Vincent Jallu


 

Marine Le Pen

Marine Le Pen met un point d’honneur à à lutter contre elle fraude et les abus pour réduire le déficit de la sécurité sociale.

Nous le savons l’UNCAM elle même avoue que le contrôle couterait plus cher que ce qu’il pourrait rapporter, cette lutte aurait donc un coût qui n’est pas précisé actuellement.
Elle est favorable à une « préférence nationale » quand à l’accès au soin. Elle propose une réduction des prestations sociales et la mise ne place d’un délai de carence de deux années pour les étrangers, avant d’avoir accès à notre système de soin.
Trois axes se dégagent de son programme santé.
 
  • la lutte contre les déserts médicaux
  • la réforme du système des complémentaires santé
  • créer une branche de la sécurité sociale consacrée à la dépendance et au handicap
Du point de vue de la lutte contre les déserts médicaux, Marine Le Pen propose de relever le numérus clausus des médecins et d’obliger à un stage d’internat en zone sous dotée. Elle propose aussi un allègement de charges pour les retraités souhaitant continuer à exercer. Enfin elle est favorable au développement des maisons de santé. tout en conservant les hôpitaux de proximité ainsi que l’augmentation des effectifs de la fonction publique.
Elle souhaite la complémentarité du système publique et libéral.

Pour la réforme des complémentaires santé, Marine Le Pen veut revenir sur la réforme des contrats responsables qui occasionneraient une aggravation des inégalités d’accès au soins.

Les mutuelles étudiantes seraient remplacées par une intervention directe de l’assurance maladie.
D’une manière générale, elle s’oppose à la privatisation de la prise en charge des soins. Tout en conservant les deux branches, assurance obligatoire et assurance complémentaire, elle estime qu’il faut encadrer d’avantage les complémentaires.
Elle souhaite réviser la CMU-c, l’Aide à l’acquisition d’une Complémentaire Santé et l’Aide Médicale d’État.
Elle veut obtenir un accès adéquat aux soins coûteux (optique, dentaire).

Pour ce qui est de la dépendance et du handicap, elle propose que la France redevienne la leader mondial de la « silver économie » (l’économie dégagée par les personnes âgées). Elle propose la revalorisation d’au mois 20% du minimum vieillesse (ASPA) en le limitant uniquement au ressortissants français depuis un minimum de 20 ans. Elle souhaite aussi instaurer une prime pour es bas revenus de financée par une taxe sur les importations.
Elle préconise la revalorisation de l’Allocation Adulte Handicapé d’environ 20% , créer des mesures incitatives à l’embauche de personnes handicapées et développer la prise en charge de l’autisme.

Plus généralement, elle est partisane de la vente du médicament à l’unité et à la mise sur le marché de génériques avant que le brevet ne tombe dans le domaine publique.
Elle souhaite développer la santé connectée, la télé-assistance et créer un fond d’investissement pour les start-up innovantes.
Elle souhaite une simplification du système administratif de la sécurité sociale et refuse toute hausse de TVA ou de CSG.
Nous concernant elle souhaite une rémunération forfaitaire tenant compte du nombre de patient par professionnel.
De plus elle souhaite un bouclier social pour les travailleurs indépendants avec une refonte du RSI et la possibilité de cotiser au régime général ou au régime spécifique. Elle propose par ailleurs de baisser les charges des TPE-PME.

Vincent Jallu

 

Emmanuel Macron

Monsieur Macron pose la santé comme l’une des cinq priorités.

Trois points principaux sont énoncés.
  • la prévention
  • le décloisonnement entre l’hôpital et les soins de ville
  • le financement des innovations en santé
Dans les mesures générales, monsieur Macron préconise la fin des 35 heures avec une adaptation du temps de travail variable selon l’âge. Le temps de travail pourrait donc descendre jusqu’à 32 heures par semaine pour les plus de 50 ans.

De la même façon l’âge de départ à la retraite serait variable de 60 à 67 ans selon les branches professionnelles. il n’y a malheureusement, pour l’instant, pas de précision quant aux catégories concernées, ni les modes d’applications. Travailler moins pour toucher moins, cela existe déjà et cela s’appelle le temps partiel…
Il promet de la même façon un système universel de retraite sans différentiation entre le privé et le publique. Pas de précision par rapport aux libéraux, mais l'ensemble des régimes spéciaux seraient supprimés.

Point important pour les libéraux, ils pourraient être bénéficiaires de l’assurance chômage. Les conditions ne sont toutefois pas précisées.

Monsieur Macron souhaite réduire voir supprimer les cotisation d’assurance chômage et d’assurance maladie des salariés pour augmenter la CSG de 1.7% sans impacter les chômeurs ni les petites retraites. Pas de précision plus avant concernant les libéraux.
Cependant on peut imaginer que de fait nous serions perdants dans cette manoeuvre, les libéraux conventionnés bénéficiants d’une réduction de cotisation d’assurance maladie, nous perdrions dans cette opération un peu plus d’1% de cotisations. Pas d’information non plus sur les cotisations affectées aux rétrocessions, au actes déconventionnés ou même au RSI. Sur ces trois points, les libéraux pourraient bénéficier d’une perte conséquente.

Une mesure phare concernant l’exercice en ville concerne la préconisation de l’exercice en maison de santé. En effet, il souhaite délester les urgences mais aussi les taches administratives des médecins. La pluralisation des acteurs au sein de maison de santé serait un « tampon » entre hôpital et soin de ville. Présence en leur sein de soignants mais aussi d’autres types de personnels.
Ces structures deviendraient des minis « hôpitaux de campagne » et devraient doubler en nombre d'ici à 2022.
Si l’idée est attrayante, tous les professionnels confrontés au sujet le savent, les deux contraintes majeures sont qui s’occupera du financement et de la gestion d’une telle structure ?
N’oublions pas que nos patientèles ne se revendent plus (et l’ensemble des professions de santé sont de plus en plus dans ce cas) et nos retraites n’ont pas été augmentées. Le placement immobilier pour le libéral reste un bon moyen de prépare l’avenir, mais dans de telles structures où l’investissement sera complexe, comment s’en sortir au quotidien et à long terme ?

Par ailleurs le paiement à l’acte est totalement remis en cause. Création de « forfaits » pour les plus jeunes, les plus âgés et les publics sensibles. Pas de précisions sur ces points qui pourtant nous touchent au plus près.

Concernant l’assurance maladie, Emmanuel Macron souhaite reprendre les rênes de celle-ci. Il souhaite un élargissement des prises en charges (lunettes, prothèses dentaires, prothèses auditives) et une régulation plus souple pour être plus efficace.
Il souhaite veut améliorer la vente de médicaments à l’unité et des génériques et s’oppose au déremboursement.
En contre partie, il souhaite un abaissement de l’Ondam de l’ordre de 15 milliards. Cette économie serait réalisée principalement sur les frais d’hospitalisation de courte durée suite aux urgences et petites prises en charge qui seraient détournées vers les maisons de santé, l’ambulatoire et les HAD.

Il annonce aussi la création d'un service sanitaire de 3 mois pour tous les étudiants en santé. À croire que les étudiants dans le dommaine de la santé ne font plus de stages...

D’un point de vue nouvelle technologie et innovations, il considère que la télémédecine a une réelle place dans les gains apportés à l’assurance maladie.

Enfin sur la prévention, Emmanuel Macron veut une santé qui empêche de tomber malade plutôt qu’une santé qui soigne.
Il présente la prévention comme l’un des trois points phares de son programme santé, sans apporter plus de précisions.

N’en doutons pas, monsieur Macron a bien profité et tiré les leçons du programme santé de monsieur Fillon qui n’ pas manqué d’être pointé du doigt. Il propose donc là « l’antithèse » et devrait s’attirer la complaisance populaire.

Vincent Jallu

Jean-Luc Mélanchon

 

Jean-Luc Mélanchon est un révolutionnaire, c’est de notoriété publique.

Son programme santé n’échappe pas à la règle.

Son idée directrice est assez simple, il souhaite 100% de remboursement par la sécurité sociale et éliminer la finance du monde médical.

Il souhaite replacer la médecine publique au centre sur sytème français avec la création de centre de santé publique avec en leur sein des médecins fonctionnaires.

100% des soins prescrits seront pris en charge par l’assurance maladie. Optique, dentaires, auditif.

Il souhaite étendre le dispositif « Alsace-Lorraine » à l’ensemble du territoire.

De fait, il souhaite la suppression de l’ensemble des dépassements d’honoraires chez les médecins en utilisant de plus en plus les paiements au forfait.

Au passage il souhaite abolir le conseil de l’ordre qu’il qualifie « d’organisation pétainiste ».

La vision de Jean-Luc Mélanchon est de revenir à une médecine humaine et non basée sur des objectifs comptables et des intérêts financiers des assureurs privés.

Il considère qu’un patient qui est pris en charge à 100% n’attendra pas avant d’aller se soigner, évitera ainsi l’aggravation des symptômes et n’ira pas encombrer les urgences.

Concernant l’accessibilité des soins, pour lutter contre les déserts médicaux, Jean-Luc Mélanchon s’appuiera sur ses centres de santé publique. De plus , il propose de rémunérer des médecins durant leurs études et de les faire exercer dans les zones sous-dotées.

En matière de santé publique, il souhaite lutter contre les effets de la pollution, des pesticides, de la mauvaise alimentation, mais aussi de la souffrance liée au travail et au stress.

Il propose un plan national de lutte contre la résistance microbienne, un diagnostic des consommations de drogues et anxiolytiques.

Il souhaite en effet légaliser la production et la consommation de cannabis pour réinjecter l’ensemble des taxes dans les programmes de prévention.

Il souhaite faire de la prévention d’une manière générale dès la petite école.

Jean-Luc Mélanchon souhaite reconstruire l’hôpital public. Revenir sur l’austérité financière de la tarification à l’activité. Il veut interdire l’accès libre des visiteurs médicaux dans l’hôpital public et protéger de la finance, la recherche sur les médicaments ainsi que les activités médicales hospitalières.

Il souhaite aussi insister sur le domaine de la bioéthique.

Il défend la position du droit au suicide assisté, protéger les données personnelles.

Vincent Jallu

Philippe Poutou

Philippe Poutou n’a pas à proprement parlé de « programme » défini sur la santé.

Il souhaite protéger les fonctionnaires, le temps de travail, la retraite, la sécurité sociale et les syndicalistes.

Il considère que travailler moins pour gagner plus permettre une meilleure protection sociale, moins de pauvreté, de précarité, un meilleur accès à la santé, à l’éducation et plus généralement aux services publics.

 

Vincent Jallu

 


Le CNOMK

Et oui, le CNOMK a lui aussi fait ses propositions...

Vincent Jallu


 

Conclusion

 

Que retenir de ces différents programmes ?

 

Première chose, personne n’indique comment financer l’ensemble des propositions.

C’est un fait établi, la défense de la santé n’a pas de prix et si il n’existe pas de volonté forte de conserver notre système voir de l’améliorer, rien ne se passera.

« L’argent, nerf de la guerre » n’a jamais aussi bien porté son appellation !

 

Second point, AUCUN candidat, même les plus « socialisants » ne proposent de réelles solutions pour l’exercice salarié.

Déjà que notre profession se meurt de jour en jour à l’hôpital, mais si en plus il n’existe aucun volonté de sauver cet exercice au moyen d’une VRAIE revalorisation, tant salariale que catégorielle, nous pouvons en être sur qu’à terme nous disparaitrons.

Phénomène très inquiétant car ne doutez pas une seule seconde qu’une profession qui disparait des grilles salariales a une espérance de vie en libérale qui est d’autant plus courte, ce qui signifie la disparition de la profession… et à la vue des attaques externes (APA, exercice partiel européen etc.) l’inquiétude est de mise.

 

En ce qui concerne l’exercice libéral justement, si les propositions divergent sur les rémunérations et autres, il y a quelques points de convergences dans la plupart des programmes.

En effet préparons nous à un avenir en maison de santé, pluridisciplinaires ou autre appellations, mais l’issue est la même.

Notre profession est l’une de celle qui a le plus besoin de surface utile dans ce genre de structure et pourtant nous n’avons pas les apports financiers les plus élevés, soyons très attentifs à ce qui pourrait nous brider dans nos investissements.

De la même façon attention aux concurrences déloyales, avec la présence de profession non règlementées, les rapports de force ne seront pas les mêmes.

 

Préparons nous aussi à la délégation de taches. Nous ne savons pas dans quel sens ou dans quelle mesure, mais si nous ratons le créneau, nous serons les dindons de la farce !

Certes les délégations de compétences seront justement hors de notre champ d’action actuel, mais pourquoi ne pas travailler en amont pour être prêts au moment voulu ?…

 

Sachons nous préparer aux consultations d’urgence. Nous avons une définition de notre profession propice à cet exercice, aucun syndicat ne s’est encore réellement prononcé pour une avancée majeur pour notre profession.

Pensons aussi « télémédecine » qui indubitablement touchera aussi les kinésithérapeutes.

Le DMP, est assez proche de nous, sachons nous y impliquer et obtenir le niveau d’accès indispensable à notre pratique.

 

Vincent Jallu