Imprimer
Affichages : 3689

N’étant plus en responsabilité d’ALIZE, j’ai décidé de reprendre, de manière ponctuelle quand l’actualité en donnera l’occasion, mes chroniques.

Et la prochaine passation de pouvoir risque de me donner de quoi les alimenter d’autant que les grandes manœuvres politiciennes ont commencées.

Comment ne pas se poser de question après la diffusion de la liste des candidats aux législatives du Macronissime Emmanuel 1er ?

Que penser de la non concurrence à l’égard du toujours souriant ex premier sinistre, comme de celle d’élus Les Républicains fictifs ou du ralliement de la championne du quinquennat du Président Normal ?

Comment être satisfait, après avoir subi 5 années de Marie Sol la Terrible de savoir qu’elle rejoint La République en Marche ? 

De quoi faire rater la marche !

Marie Sol la Terrible, au pseudo MST, qui peut entraîner de multiples interprétations :

Ministre de la Santé Terrifiante 

Ministre et Sinistre Toutàlafois

Nous pourrions en trouver d’autres, y compris en rapport avec les rapports, mais les choses du sexe sont trop agréables pour les associer à MST.

Donc Marie Sol la Terrible après avoir soutenu et renforcé les ordres professionnels alors qu’elle jurait son opposition éthique et philosophique à l’idée même d’un ordre avant et à son arrivée au pouvoir, a engagé un galop infernal de publications avant de quitter le ministère de la santé.

Santé qu'elle a largement handicapé avec sa loi de démolition du système de santé.

Ces 5 années de règne sur la forteresse de l'avenue Duquesne sont parmi les plus terribles qu'ait connu la kinésithérapie et nous n'avions pas besoin d'un tel mépris car depuis la soi-disant création de l'ordre nouveau des kinésithérapeutes la kinésithérapie n'a vraiment pas été épargnée.

Nous retiendrons une mauvaise fois sans faille, une discrimination, le refus de publier l'enquête sur le CNOK, une nouvelle définition de la kinésithérapie sans envergure, une réingénierie dramatique, des textes méprisants comme ceux concernant l'attractivité à l'hôpital ou la reconnaissance du niveau de formation ou encore la reconnaissance partielle des diplômes étrangers.

Alors Madame la Ministre, ce que nous souhaitons pour le bien des Françaises et des Français, qui vont largement payer vos choix pour leur santé, c'est de ne plus vous revoir participer au pouvoir ni a une quelconque élection.