Print
Hits: 2990
Nous connaissons tous cet adage : « Nul n’est censé ignorer la loi ».
 

Mais dans la réalité, c’est à dire la vraie vie, cet adage n’est que pure fantasmagorie, pure illusion, car personne, citoyen, avocat, juge, procureur, y compris au plus haut de la hiérarchie de la Justice du Royaume de la République de France, ne connaît la loi.

Que ce soit le Roi, le Ministre en Premier, les Chevaliers et autres membres de la cour et des cours, personne ne connait la loi.

Les textes sont devenus tellement abscons, complexes, mélangés, intriqués, inadaptésrédigés dans un langage codé, ésotériqueénigmatique voire mystérieux qu’il est nécessaire d’avoir de nombreux sages, mages et autres gourous des textes oubliés pour les interpréter.

Et l'interprétation est à l'antipode d'une Justice pour tous. Quelle égalité, quelle éthique, quelle équité peuvent exister quand la lecture d'un même parchemin sacré donne une sentence différente ?

Quelle égalité, quelle éthique, quelle équité peuvent exister quand les écritures sont incomplètes, que des cataplasmes règlementaires sont publiés pour cacher les inepties et que de la justice et de l’Etat en passant par les parlementaires, tous ferment les yeux et laissent les turpitudes, malversations et autres abus perdurer alors que les manquements et les preuves accablantes leurs sont apportés sur des plateaux ?

Les textes concernant l’ordre nouveau des kinésithérapeutes sont édifiants et exemplaires quant à l’acharnement politique de préserver des arrangements entre amis et de maintenircoûte que coûte des privilèges car ils sont les principes de fonctionnement des élus du Royaume de la République de France.

Mais est-ce étonnant quand des incantations : « Responsables mais pas Coupables » ou « Ce n’est pas Moral mais ce n’est pas Illégal »sont les arguments de notre noblesse décadente pour hypnotiser le Bon peuple ?

La moralisation de la vie publique passe par l’abolition des privilèges, l’abrogation de textes d’un autre temps, pas forcément glorieux, mais également une refonte complète des manuscrits sacrés qui régissent ce qui est devenu une mascarade de démocratie républicaine.  

Notre Macronissimelance une réforme du grand livredu travail pour faciliter le travail sans que nous soyons certainsque cela profite à ceux qui ont leurs mains calleuses usées par les heures de labeur.

Il est dommageque les mages au service de notre Emmanuel 1er n’aient pasvu dans leurs incantationsdivinatoires la nécessité de la réécriture complète de tous les codes et autres montagnes de textes afin de les simplifier et de les rendre compréhensibles pour la majorité du peuple.

Car même si le Grand Conseil de la Constitution du Royaume a demandé que l’intelligibilité et l’accessibilité de la Loi soit une des valeurs du Royaume, l’objectif est loin d’être atteint.

Enul ne doute qu’il s'éloigne de plus en plus !

Cela est faisable mais voilà, cela enlèverai du pouvoir à ceux qui les rédigent, à ceux qui les examinent, à ceux qui, technocrates, administratifs, sont multipliés sans fin comme les petits pains d’une antique légende et transforment le royaume en une dictature administrative. 

Nul n’est censé ignorer la loi mais beaucoup profitent de sa complexité, de ses incohérences et de l’ignorance que nous en avons. 

Ignorance voulueet souhaitée par ceux qui se proclament élites car les gueux leurs font confiance.

 

Lantzelot