Imprimer
Affichages : 4668

Comme toujours, c’est au détour d’une conversation que l’on peut surprendre quelques bribes d’informations, voir mieux, découvrir une ligne politique et une catastrophe s’approchant.
C’est ainsi que j’ai eu la surprise de lire un « tweet » passé presque inaperçu.

« Comment imaginer une profession qui reste figée et n’évolue pas. La recertification ne doit pas faire peur »
Voici donc les propos de madame Mathieu, présidente de conseil national de l’ordre des masseurs-kinésithérapeutes (CNO).

Sous cette phrase anodine, une terrible perspective s’annonce.

Si sur un point de vue strictement éthique et déontologique, je comprends ses propos. Sur le plan des professionnels cette démarche est simplement inadmissible.

 

La recertification c’est quoi ?

Instaurer un « processus de labellisation régulière, fondé sur l\'analyse – par les pairs – des pratiques des professionnels de santé. » .
Voilà où en sont les médecins quant à la recertification.
Impossible d’en dire plus à cet instant puisque la mission « recertification » vient d’être lancée par la ministre et que le rapport et son comité de pilotage doit rendre son rapport pour septembre 2018.

À l’intention des candides qui pensent déjà « ça n’arrivera pas chez nous », le comité de pilotage a déjà émis une petite phrase… « Les propositions formulées pour les médecins serviront de base à une extension du dispositif aux autres professions de santé »
Je pense que c’est assez clair pour tout le monde ?…
Il est donc urgent de s’emparer de cette problématique en amont.
Celles et ceux qui prônent le contraire sont dans le déni et n’ont aucune vision à long terme de notre profession.

En pratique, la recertification pourrait être une analyse tous les 5 ou 6 ans, des obligations de DPC, de formation continue, de réalité d’exercice (temps minimum d’exercice réel de la profession) pour je cite « garantir aux patients une même sécurité et pertinence de leur prise en charge ».

La recertification n’est pas une re-diplômation. Votre DE est acquis et personne ne peut vous le retirer. La recertification peut vous dire « vous n’avez pas rempli les objectifs de formation continue, il serait bon de le faire sinon dans 6 mois nous vous retirerons provisoirement votre autorisation d’exercice ».

Là encore, il faut être prudent car les détails de la recertification sont actuellement inconnus. Cependant il est possible que le comité de pilotage s’appuie sur ce qui existe à l’étranger (USA, Canada, Grande-Bretagne, Espagne, Italie, Norvège…)
Quant à croire que la recertification ouvrira la porte du Master… le père Noël c’est en décembre…

L’ordre des médecins très enclin à la manoeuvre
En effet, l’ordre des médecins a été l’un des premiers à demander les rectifications. Pourquoi donc ?
Parce que l’ordre des médecins, commence à perdre de sa splendeur. Beaucoup de médecins remettent en cause son utilité, les pouvoirs publics remettent en cause les systèmes pyramidaux, l’opacité et les modes de rémunération. 
Pour faire simple, l’ordre des médecins est en mal de reconnaissance.
Quoi de mieux pour un ordre que de se voir investi du pouvoir suprême de l’autorisation d’exercer ?

Effet pervers du système, on pourrait peut être voir un ou deux ronds de cuir ne vivant que d’indemnités se voir non recertifié pour cause de manque d’activité au cabinet… Et oui, l’équité professionnelle c’est aussi cela… Pas de passe droit ! Mais ne rêvons pas de trop !…

Bien sur, l’ordre des médecins argue que la recertification est une démarche déontologique et que la déontologie est sa primeur, logique...

 

Une lourde bataille s’annonce
Notez que le comité de pilotage est constitué uniquement d’universitaires. Les syndicats ont été mis de côté et l’ordre est un peu sur la touche aussi… Comme quoi…

Il est difficilement tenable de s’opposer à une démarche qualité. Surtout quand l’objectif initial est, je re-cite, « garantir aux patients une même sécurité et pertinence de leur prise en charge ».

Cependant, la recertification, ne doit en aucun cas être un « pouvoir de nuisance » ou une « carotte ». Elle doit se faire comme dans beaucoup de pays, sur la base informative et non répréhensive. En effet, dans plusieurs pays la recertification n’est qu’informative. On vous informe par exemple que vous ne répondez pas aux critères de formation continue et qu’il serait bon d’en tenir compte… C’est tout. Elle est aussi dans certains pays basée uniquement sur le volontariat.

Les plus frustrés actuellement sont les syndicats qui sont totalement mis à l’écart. C’est d’un côté une bonne nouvelle car cela supprime d’emblée les tentatives de récupérations syndicales, les possibles conflits d’intérêts entre les organismes de formations et les obligation de formation etc…
Cependant c’est une mauvaise nouvelle car non seulement l’avis syndical sera obligatoire pour obtenir l’adhésion des professionnels, mais aussi pour étudier une possible compensation financière… Et oui… Certains parlent déjà d’inclure la recertification des les ROSP, dans un forfait conventionnel etc…

Comme vous le voyez les méandres d’une chose qui n’existe pas encore, sont déjà nombreux !

 

Et nous ?
Comme dit plus haut, le système des médecins servira de base pour l’ensemble des professions de santé. Il faudra donc suivre cela de très près.
À mon sens, Nos syndicats (FFMKR et SNMKR) SONT en avance par rapport aux médecins.
Même si je continue à penser que la labellisation des cabinets aurait du se faire en concertation avec, un label unique et organisé par les URPS (à lire ici), je ne peux que féliciter nos syndicats représentatifs de s’être emparé de la problématique en amont.
En effet, pour une fois ils ont su anticiper ce problème majeur. Alors oui, il ne faut pas confondre recertification des personnes et labellisation des cabinets. Cependant, la manoeuvre est intelligente. En effet, le modèle Anglais par exemple fusionne certification des personnes et labellisation du cabinet.
Il est possible que les labellistaion proposées par la FFMKR et le SNMKR intègrent tous les indicateurs de la recertifiaction. De fait, il est possible qu’un kinésithérapeute engagé dans la labellisation soit admissible de facto à la recertification.
Bien sur, tout ceci au conditionnel…
Mais dans tous les cas on ne peut que se réjouir que nos syndicats représentatifs aient eu la clairvoyance nécessaire sur ce dossier.

Je vais tout de même me répéter… Messieurs dames de la FFMKR et du SNMKR… Étudiez la possibilité d’organiser un label unique et étudiez la possibilité de mettre ce label sous le giron d’une instance « supra-syndicale »… Évitez tous conflits d\'intérêts possible pour que les professionnels adhèrent majoritairement à la démarche.

 

Jusqu’où irons nous ?
Vous l’aurez compris, la recertification est noble puisqu’elle a pour but d’améliorer la qualité et de garantir la mise à jour des compétences.
Mais alors… Pourquoi être contre ?

Soyons clairs. Idéologiquement, pour reprendre les propos de certains élus ordinaux, oui cette démarche est vertueuse, elle est déontologique et pleine de bon sens.

Cependant, faisons le point sur notre profession.

Carrière hospitalière, des conditions de travail qui se dégradent de jour en jour. Pénurie de personnels. Salaires indécents en comparaison du niveau d’études etc.
Carrière libérale, conditions administrativo-juridiques de plus en plus complexes, aucune augmentation depuis 2000, perte de la liberté d’installation etc.

17€ la séance en moyenne… 9€ net… 1000€ net mensuel à l’hôpital… Et pour cette misère, nous allons accepter que l’on vienne remettre en cause nos compétences, notre professionnalisme et subir le joug d’un médiocre en mal de pouvoir qui va nous dire « c’est pas bien ! » ?

Il est impensable d’engager la profession dans ce type de démarche sans avoir consulté l’ensemble des acteurs, et de fait, sans avoir consulté les kinésithérapeutes eux-même. Et si le CNO a été surpris de voir nos syndicats représentatifs prendre les devants et proposer chacun de leur côté une « labélisation » , nous pourrions avoir la même réaction et être surpris que la présidente du CNO avance de tels propos avec les conséquences que cela peut avoir, sans concertation aucune.

Je suis un ardent défenseur de la qualité, mais cependant, il y a un moment où il ne faut arrêter l’onanisme intellectuel.

Comment justifier aujourd’hui l’attractivité de notre profession aux jeunes qui viennent nous voir pour leur stage de 3e ou même auprès de ceux qui sont déjà engagés dans notre cursus ?
Sincèrement, si je laissais le fond de ma pensée parler je dirais « fais autre chose ». APA, Coach sportif, ostéo, chiro, masseur « confort ou esthétique »… Les débouchés ne manquent pas où les contraintes sont minimales, les tarifications non imposées et surtout où le libre arbitre est maintenu.

Aujourd’hui l’attractivité de notre profession c’est devenir investisseur, encaisser les loyers d’une maison pluri-disciplinaire; Devenir commercial et encaisser les rétrocessions de gentils assistants, pardon, de collaborateurs; De se placer dans l’illégalité conventionnelle en mettant 6 patients sur une même table ou presque; En effectuant des DE pour pouvoir payer son loyer; En ayant une activité « autre » qui réponde à nos compétences et qui soit hors cadre.
Non, la réalité de notre profession ce sont la réduction des congés, l’augmentation des horaires de présence au cabinet, la réduction des investissements avec au final une paupérisation et une fatigue chronique.

Franchement madame la présidente du conseil national de l’ordre, ne pensez-vous pas, en dehors des questions déontologiques, que la recertification ne fait que se surajouter à une profession qui n’est plus valorisée, dont les conditions se dégradent au quotidien et dont les professionnels sont de plus en plus touchés par l’épuisement ?

 

Vincent Jallu