Imprimer
Affichages : 6468
Voici un article que j'ai envie d'écrire depuis des années...
Autant vous le dire de suite, pour moi le déconventionnement, au moins "partiel", est notre avenir.
Entendez par déconventionnement "partiel" le fait de réserver une partie assez importante de son activité à des actes non remboursables (NR ou anciennement HN).
 
La situation
La convention a été créée en 1962. Notre convention actuelle date de 2007 et depuis 4 avenants sont venus complétés ou modifier celle-ci. Le 5e avenant est actuellement en cours et devrait nous être présenté d'ici à l'été.
La convention est un contrat entre l'Union Nationale des Caisses d'Assurance maladie (UNCAM) et les kinésithérapeutes représentés par leurs syndicats.
principalement, cette convention nous donne des avantages (l'Avantage Social Vieillesse par exemple et le remboursement de nos actes aux patients) mais à l'heure actuelle, surtout des devoirs (tarifs fixés, respect de la nomenclature etc). nous devrions tous avoir lu la convention pour se rendre compte de l'ensemble des champs qu'elle défini ou qui la concerne. Cependant l'expérience montre que personne ne l'a lu...
 
Pourquoi changer de statut ?
Lorsque j'étais étudient dans les années 90, je voyais d'un mauvais oeil l'apparition de sociétés telles que LPG, les premières imissions de notre profession dans le monde de l'esthétique ou encore les premières écoles du dos telle que Mail 14. Je me souviens de la conférence de consensus sur la lombalgie où l'intervention d'André Petit avait certes intéressé, mais avait aussi soulevée des questionnements quant à l'accessibilité financière des soins.
Et bien en fait, 20 ans après, ces gens avaient peut être raison. Non pas que je sois un adepte de "l'aspirateur à jus" ou de l'utilisation intensive du ballon de Klein, mais l'introduction même du concept "activité déconventionnée" était novatrice et certainement l'avenir de notre survie.
En effet, depuis toujours les masseurs-kinésithérapeutes ont essayé de valoriser leurs formations complémentaires. Pour ne citer que les plus connues, Mézières, thérapie manuelle, ostéopathie... mais finalement au sein de la convention, la valorisation des gens qui s'investissent pour se former et évoluer n'existe pas.
La convention nivelle les gens par le bas !
La seule solution pour s'en sortir est de s'auto-valoriser et pour cela, il faut oser facturer des actes non remboursables.
La convention ne prend aucunement en compte les hausses tarifaires des matériels ni même celle des loyers. Et que dire de la concurrence déloyale que nous subissons ? Le tarif est fixé, débrouillez vous, voilà ce qu'impose la convention !
 
La concurrance
Les médecins ou les chirurgiens dentistes ne sont pas soumis a la concurrence de professions moins qualifiées et totalement dénuées de contraintes. Nous, nous sommes attaqués de toutes part et notre activité est en grand danger.
Les APA, le massage, l'exercice partiel des équivalences européennes, la liste est longue...
N'avons nous pas une part de responsabilité quant à la perte du massage et la survenue des APA ?
Si nous avions été un peu plus sur le créneau du NR et que nous ayons déjà organisé ces types de prise en charge, n'aurions nous pas eu un peu plus de poids dans la balance ?
Pourquoi un APA irait demander 40€ pour une séance, là où nous, nous faisons la même chose, en mieux, pour 18€ ?
Il n'y a pas de mauvaise jalousie à avoir. Faisons la même chose. Osons demander 40€ pour faire notre travail en NR.
Ne laissons pas la convention nous diminuer face à d'autres catégories de professionnels qui eux n'ont aucun scrupules à venir sur notre terrain.
Nous manquons cruellement de notions liées au commerce et au marketing dans notre formation initiale.
Nous subissons déjà une concurrence déloyale au niveau fiscal, le statut de micro-entrepreneur nous étant largement défavorable, mais de plus nous sommes bridés de l'intérieur, puisque notre code de déontologie, si bien écrit, nous interdit toute forme de communication à vocation commerciale. Merci au conseil de l'ordre de participer à la paupérisation de notre profession.
Il serait bon que les têtes pensantes réagissent face aux concurences qui arcellent notre profession alors que nous même nous sommes pieds et poings liés.
 
Les craintes
Les deux craintes majeures quand on commence à travailler hors convention sont:
- Ne plus avoir assez de revenus pour vivre
Ne soyez pas utopistes, l'UNCAM joue sur ce levier pour vous faire croire qu'elle est indispensables à votre survie et en profite pour vous imposer de plus en plus de contraintes sans aucune rémunération.
Dans la réalité, c'est même plutôt l'inverse qui se produit. Car même si au départ les quelques crénnaux réservés pour l'activité NR ne se remplissent que doucement, la raison comptable nous rappelle assez vite que si l'on gagne en terme de taux horaire deux à trois fois plus, l'emploi du temps peut être deux à trois fois moins rempli !
Personnellement, j'essaye de maintenir environ 50/50 en terme d'activité et pourtant mon activité NR développe les 2/3 voir les 3/4 de mes revenus.
Par contre oui, l'activité est plus "fluctuante", oui, à l'approche des vacances l'emploi du temps est plein à craquer et une fois les vacances arrivées il n'y a plus personne. Mais globalement sur l'année le remplissage est là.
Dans le registre financier, vous devez aussi intégrer que vos revenus NR auront une fiscalité différente (cotisation assurance maladie, TVA dans certains cas...) mais le jeu en vaut la chandelle...
- Devoir refuser des patients, des "vrais"
C'est un process intellectuel que de pouvoir dire "non" à un patient. Ou de dire "désolé je n'ai pas de place avant deux mois".
Mais gardez bien à l'esprit que si vous gagnez beaucoup plus d'argent sur votre activité HN, ce que vous gagnez pourra être réinvesti dans votre activité conventionnée. Cette dernière sera de fait beaucoup plus sereine et vous aborderez vos patients dans un tout autre état d'esprit car d'un coup votre activité conventionnée ne sera plus votre source de revenus principale mais prendra une dimension beaucoup plus ludique.
Désolé de baser ma réflexion sur le côté mercantile, mais c'est bel et bien là une réalité. Notre profession se meurt de ne pas être rétribuée à sa juste valeur. Je vous invite à lire l'article sur le constat de notre profession .
N'oubliez pas non plus que les patients, c'est là notre force. En effet quand "1000 kinés" sont dans la rue, cela n'ébranle personne. Le jour où les patients commenceront à grogner parce que nous ne pouvons plus les prendre en charge, là nous auront des millions de gens dans la rue et là le législateur s'occupera de nouset la technocratie imbécile comprendra qu'il est impossible de continuer ainsi. 
 À l'heure ou beaucoup se posent la question du "burn out", pouvoir être détendu et dégagé d'obligation financières dans ses prises en charge tout en pouvant améliorer et développer ses conditions de travail est une est un luxe exceptionnel qui ne se refuse pas. Par ce levier l'abaissement du risque psycho social (RPS).... 
 
Déconventionnement total ou partiel ?
Exercer la kinésithérapie en 100% déconventionné, cela signifie que vos patients seront remboursés à hauteur du tarif d'autorité (article sur ce sujet à venir). Pour faire simple, environ 2€ par séance.
De fait autant dire que le patient ne sera pas remboursé !
Il me semble irréaliste de se lancer dans ce type d'aventure (mais sait on jamais, je changerais peut être d'avis d'ici 20 ans !).
De plus, ne rêvons pas, si nous délaissons de trop les rééducations, l'état nous trouvera des remplaçants low cost sans aucun problème. Ne leur laissons pas cette opportunité...
Il n'existe pas de statut de déconventionnement "partiel", ceci est un abus de langage. À partir du moment où l'on exerce une activité NR on exerce une activité partiellement déconventionnée.
Cela restera votre choix, personnellement j'ai choisi de garder une activité conventionnée pour que l'accès au soin soit préservé. Et sincèrement, comme beaucoup à un moment j'en avait "un peu marre" de m'investir autant pour si peu de retour. Et bien maintenant tous les matins quand je me lève et que je me dis "aujourd'hui je vais m'éclater" et ça... cela a été une énorme bouffée d'oxygène au quotidien.
Libre à vous, mais je ne reviendrais pour rien en arrière et soyez en surs... En restant à 100% sous le coup de la convention vous mourrez à petit feu.
 
Conclusion
Vous l'avez compris je suis totalement convaincu.
Au-delà de ma conviction, ne négligez pas le démantèlement organisé de notre système de soin. Pensez à prévenir ce qui va indubitablement arriver. Si vous n'y êtes pas préparé, il sera trop tard pour réagir sereinement quand cela arrivera.
Nous perdons nos compétences à petit feu et personne n'y fait rien. Certes les syndicats et l'ordre dénoncent mais au final le législateur ne fait que poursuivre l'annihilation pure et simple de notre profession.
 
Vincent Jallu