Imprimer
Affichages : 909
Exercice périlleux car je vous propose aujourd’hui ma réflexion sur une thématique morale, déontologique, idéologique, scientifique et intellectuelle.
Périlleux car l’inquisition guète…
Et si le gouvernement a peiné à définir la morale publique, ce n’est pas parce qu’il a été fébrile idéologiquement, mais parce qu’il s’est rendu compte qu’imposer est simple mais être intelligent et ouvert est difficile.
Je ne parlerais pas dans cet article des études médicales, des différents biais, des conflits d’intérêts, des influences politico-économiques et autres qui font que telle étude est valable ou non.
Non, c’est bien sur un plan plus philosophique que je vous propose cet article.
 
Le médicament, perpétuelle évolution
Dans le domaine médical, il est un monde ou l’efficacité, l’absence d’efficacité et la nocivité sont de rigueur.
En effet la prescription médicamenteuse est soumise à ces contraintes.
Et si un jour vous avez la curiosité de lire les publications sur une seule molécule, vous vous apercevrez assez vite que non seulement on lit tout et son contraire, mais que de facto, la pensée unique ne peut exister.
C’est pour ce là qu’au niveau ordinal ou même au niveau de l’assurance maladie, il n’existe pas ou peu d’interdictions strictes.
En effet, un avis ordinal ayant une contrainte morale implicite, il est limitant dans les pratiques.
Le conseil de l’ordre des médecins l’a compris depuis longtemps.
Car non seulement les laboratoires pharmaceutiques ne reculent devant rien, mais qui plus est ce conseil de l’ordre a pris conscience des dangers de fermer une profession sur elle même.
 
L’EBP, bonne approche
Un de mes anciens professeurs nous répétait qu’un soin « c’est 1/3 de technique, 1/3 d’expérience et 1/3 de placebo ».
Sous cette formule « archaïque » il avait eu la claire voyance de comprendre ce que certains définissent par l’anglicisme Evidence Based Practice (EBP).
En effet l’EBP considère l’évaluation et les choix cliniques du praticien, les données de la recherche clinique et les choix et envies du patient.
Nous pourrions discuter plus longuement du dogme induit par l’EBP, des avantages et inconvénients, mais ce n’est pas le but de cet article.
Cette base de travail intellectuel qui considère le praticien, le patient et la science me convient temporairement.
Ne l’oublions pas, la santé est définie comme étant, je cite, «comme un état de bien-être complet, comprenant l'état physique, mental, social, environnemental... Donc la santé n'est pas seulement le fait d'être malade ou d'être atteint d'une infirmité. C'est une notion relative, ressentie par chaque individu ».
Cette définition place bien le patient lui même au centre de son bien être. Il n’est ni question de praticien, de pratique ou même de science…
C’est pourquoi je pose la question ouvertement. Le patient est il au coeur des préoccupations de l’ordre ?
Est-ce que notre conseil de l’ordre s’inquiète de ce que le patient attend d’un masseur-kinésithérapeute ? Tant d’un point de vue des techniques que d’un point de vue humain ?
Le patient va-t-il s’attendre à ce que le masseur-kinésithérapeute soit scientifiquement parfait, ou à ce que le thérapeute comprenne sa situation, ce qu’il attend et qu’il mette en place le traitement le plus cohérent face à cela en considérant sa propre expérience et bien sur les données actuelles de la science ?
Ces questions sont importantes car parfois j’ai bien l’impression que notre conseil de l’ordre se cache derrière des méta-analyses purement analytiques mais ne considère ni l’avis des professionnels ni ceux des patients…
D’où la question corolaire, notre conseil de l’ordre a-t-il une démarche EBP ?
 
La confiance et l’humilité
Voilà en deux mots ce qui différencie le conseil de l’ordre des médecins du notre sur la problématique qui nous occupe aujourd’hui.
Les membres du conseil de l’ordre des médecins ont compris depuis longtemps qu’ils avaient le même diplôme que les professionnels, qu’ils n’avaient aucun sentiment de supériorité à avoir. Et finalement, lorsque l’on accorde sa confiance aux professionnels et que l’on se place dans une dynamique de réelle sauvegarde et de défense des intérêts de la profession, avoir une logique d’ouverture et non d’inquisiteur stupide est la meilleure stratégie.
Car aujourd’hui nous en avons la preuve. C’est bien la terre qui tourne autours du soleil... et non l’inquisition qui prônait le géocentrisme.
Le conseil de l’ordre des médecins l’a compris depuis longtemps puisque, comme nous l’avons vu,  les professionnels sont confrontés à l’efficacité et l’inefficacité des molécules au quotidien. De fait leur prescriptions sont vues et revues tous les jours.
C’est pourquoi le conseil de l’ordre des médecins accorde sa pleine confiance aux professionnels, il reste humble face à eux et ne se place pas comme une entité intellectuellement supérieure et dominatrice.
Il a confiance envers le thérapeutes qui de part leur expérience guident au mieux, suivant les données de la science, les patients en attente diverses et variées.
Notre conseil de l’ordre, de part sa jeunesse et son inexpérience, n’a pas prouvé son utilité ni sa représentativité auprès de notre profession. 
Alors… Il semble « faire le beau » en espérant que cela fonctionne... Malheureusement il m’est d’avis que cela n’entraine qu’une logique de fermeture qui nuit à notre profession.
 
Le terrorisme de la pensée, premier pas vers la dérive
À force de vouloir imposer sa pensée, il se pourrait que par certains points nous puissions perdre notre libre arbitre… Ce qui paradoxalement serait le premier pas vers une dérive sectaire ! Un comble quand on connait l’acharnement justifié de la lutte contre ces dérives.
C’est pourquoi, lorsque l’on manie des notions telles que la morale et la déontologie, c’est l’ouverture d’esprit qui doit primer et non le terrorisme intellectuel.
 
Guide de bonne conduite, la vraie solution
Si d’un point de vue strictement philisophique nous pourrions débattre des notions de bien et de mal, le guide de « bonne » conduite me semble largement plus approprié que des avis restrictifs.
Établir un « catalogue », toujours dans le même esprit que pour les médicaments, des techniques et pratiques en fonction de leur efficacité.
Les pratiques nocives sont à écarter ou à encadrer. L’euthanasie est un exemple.
Les pratiques n’ayant pas prouvé leur efficacité restent à la discrétion du praticien et du patient, tel que le suggère l’EBP.
Les pratiques ayant fait preuve de leur efficacité sont encouragées, toujours en respectant l’avis du praticien et celui du patient.
Bien sur, la science évoluant, les études scientifiques montrant tout et son contraire, ce guide serait dynamique et évolutif. Le fait qu’une technique devienne obsolète ou moins efficace qu’une autre, avec cet esprit d’ouverture, permettrait au patient comme au praticien d’avoir une possibilité d’évolution tout es respectant ses acquis.
 
Voilà ce qui me semble être la solution morale, déontologique, intelligente et raisonnée.
 
Vincent Jallu