Imprimer
Affichages : 1592

Depuis quelques jours les « nouvelles » concernant la réforme des retraites fleurissent.

En effet le Haut Commissariat à la Réforme des retraites (HCRR) a rencontré nos syndicats.

 Nous avons donc au compte goute quelques bribes de réponses à nos questions.

La première question qui me vient à l’idée est « Pourquoi ne nous a-t-on pas présenté tout cela il y a quelques mois ? ».

Comment nos syndicats ont pu supporter pendant plus d’un an le fait de n’avoir aucune base chiffrée ?

Sont ils si mauvais que cela ?

Je commence à me dire que oui !

 

Les erreurs de calcul du HCRR !

Les calculs présentés à nos très chers syndicats présentent deux erreurs majeures.

La première, dans ses calculs le HCRR prévoit que nos tarifs suivent l’inflation… Or depuis 20 ans nous avons perdu 28% par rapport à l’inflation ! Il est évident que si le HCRR pense que nous aurons des revenus supérieurs de 30% dans 20 ans, nous aurons bien évidement 30% de cotisation en plus et donc 30% de points en plus et donc 30% de retraite en plus ! Mais pas de chance… Nous n’aurons pas 30% de revenus en plus dans 20 ans.

La seconde, une surestimation de l’inflation et d’un indicateur qui s’appelle le Salaire Moyen Par Tête (SMPT). Or le HCRR compte sur un SMPT de l’ordre de 1,3% par an. Et malheureusement le SMPT a été évalué par la cour des comptes à une moyenne de 0,7% par an.

Savez vous de combien est l’erreur finale au bout de 20 ans si on surestime de 0,6% cet indicateur ? Presque 13% !

 

Pire, le HCRR annonce une valeur de pension à l’horizon 2045 de l’ordre de 1031€ par année de cotisation. Or nous connaissons le taux de rendement promis du régime universel, 5%. 10€ pour obtenir 1 point, et 1 point donne 0,5€ de pension. Vous cotisez 100€ vous avez 5€ de droit de pension. En toute logique pour avoir 1031€ de pension par année de cotisation, il faut 2062 points par soit une cotisation de 20620€ et vous, vous payez combien de CARPIMKO par an ?

Je le redis, votre cotisation retraite va doubler, voir tripler mais cela sera masqué par des pseudo-compensations illusoires.

 

Le financement de la sécurité sociale et celui de nos tarifs

Sans rentrer dans des calculs plus incompréhensibles les uns des autres, je vous invite à relire mon article sur l’ONDAM en cliquant ici.

La sécurité sociale a une enveloppe globale pour financer et l’hôpital et les soins de ville. Cette enveloppe ne doit augmenter tous les ans que d’un pourcentage défini par l’ONDAM.

 

La CSG finance directement les recettes de la sécurité sociale.

L’ASV est un dépense directe de la sécurité sociale.

Donc très logiquement si l’on diminue les recettes et que l’on augmente les dépenses, le budget de la sécu va baisser.

 

Or si le budget baisse et que l’ONDAM reste constant… que vont faire nos tarifs à votre avis ? Il vont baisser aussi !

Tous les calculs que l’on nous présentent négligent ce fait. Pire, ces calculs considèrent que nos tarifs sont indexés et augmentent tous les ans !

 

Au final

Le HCRR a été très intelligent.

Il affine sa stratégie au fur et à mesure des arguments qu’on lui oppose.

Durant un an, il a présenté sa réforme comme une coquille vide. Aucun argument chiffré, aucune simulation.

Ensuite la grogne est monté. « Augmentation des cotisations inacceptable ». Il a alors expliqué que les cotisation n’augmenteraient que de 1-2% ce qui est négligeable. La grogne a alors retoqué que l’état allait capter nos réserves. Le HCRR a alors affirmé que nous les conserverions, mais qu’ils en détournerait une partie sans que l’on puisse dire quoi que ce soit. La grogne a répondu que les calculs masquaient une triste réalité de diminution de CSG d’augmentation d’ASV et de fait d’un gel tarifaire. Le HCRR a alors changé son fusil d’épaule et nous avance que les pensions vont finalement augmenter ! Détourner l’attention des objectifs principaux pour focaliser sur autre chose, magnifique technique.

Tous nos syndicats sont tombés dans le panneau et sont sous le charme eu chant des sirènes. Même Alizé a changé son discours et commence à manger dans la main du HCRR. triste panorama syndical que nous avons là.

 

La stratégie du HCRR es simple. Jouer la montre.

Cela fait 6 mois que nos syndicats nous disent « nous entamons les négociations ». Et aujourd’hui nous apprenons qu’ils commencent seulement à avoir des simulations chiffrées mais qu’aucune négociation n’a vraiment eu lieu.

Pire, le premier ministre a annoncé hier soir en sortie de conseils es ministre que le projet de loi serait porté fin janvier.

Il reste donc moins de 2 mois. Nos syndicats viennent de se faire duper en bonne et due forme ! Ils ne l’ont pas vu venir et il n’y aura eu donc aucune négociation autour de cette réforme. Le gouvernement a méprisé les syndicats au plus haut point et ils ne peuvent plus rien faire.

 

Vous croyez vraiment que l’on pourra modifier les choses une fois votées ?

Non c’est maintenant qu’il faut agir.

 

Heureusement quelques syndicats comme la FNO commencent à ouvrir les yeux et posent les bonnes questions.

 

La grève du 5 décembre

Sincèrement, j’étais contre cette grève.

Depuis le départ ma position est simple et ma proposition tout autant.

Oui à une réforme des retraite en autonomisant tous les régimes. Niveler par le haut et rendre responsables tous les acteurs.

Et bien aujourd’hui si je défends toujours cette idée et si je pense que le mouvement du 5 décembre n’est pas l’idéologie que je défends, mon cabinet sera tout de même fermé.

Il faut montrer au gouvernement qu’il nous prend pour des imbéciles, qu’il refuse le reférundum mais que nous sommes là et que cela ne se passera pas comme il l’a prévu !

 

J'appelle, encore une fois, nos syndicats à se positionner très rapidement en faveur d'un mouvement de protestation massif à l'encontre de cete réforme.

 

Vincent Jallu