Imprimer
Affichages : 3035

Oui, vous avez bien lu, il va falloir changer de crémerie,  non pas que l’orthophonie me passionne, mais simplement parce que ces derniers ont signé l’avenant numéro 16 à leur convention et cet avenant est nettement plus avantageux pour leur profession que ce que nous propose l’UNCAM pour la notre.

 

Alors non, ne voyez pas là une quelconque forme de dénégation des orthophonistes, n’y voyez pas non plus une volonté de clivage inter-professions, non voyez-y simplement une forme de jalousie extrême !

En effet, je ne sais pas si ce sont nos syndicats qui sont d’un niveau inférieur à celui des orthophonistes. Je ne sais pas non plus si monsieur Revel a été plus sensible aux charmes féminins qu’à ceux de la masculinité omniprésente de nos représentants (d’ailleurs la parité on en parle ?) ou si simplement les orthophonistes sont plus doués que nous, le fait est, j’aimerais bien avoir le même contenu que leur avenant !

 

N’ayant pas vu grande communication officielle de nos très chers syndicats sur le sujet, je vous propose donc une petite analyse du dit avenant. Peut être trouverons nous quelque chose en réaction à cet article, ou peut être « plus tard » ou encore « jamais » puisque nos syndicats ont une fâcheuse tendance à ne regarder que ce qui se trouve sous leurs pieds avec une vision très égoïste centrée sur eux même.

 

Vous pourrez trouver le dernier document paru par la fédération nationale des orthophonistes en cliquant ici.

 

Premiers constats

La première analyse que nous puissions en faire est que cet avenant n’apporte aucune revalorisation de la lettre clé. Comme cela a déjà été indiqué à de nombreuses reprises, l’UNCAM ne souhaite pas dans l’instant faire évoluer les tarifs des professions de santé, mais agir par d’autres leviers pour créer des apports financiers différents.

Cela est du au cloisonnement des différents budgets qui fait que finalement même si le coût global augmente, la dépense de chaque poste reste dans les proportions demandées par le législateur. Ceci n’est que l’avènement de la logique comptable de la santé et ne correspond en rien ni à la réalité du terrain, ni à la réalité de la santé

 

La seconde analyse est que les orthophonistes, contrairement à nous, ne sont pas sous la contrainte et restent à tous les étages dans l’incitatif. Il est clair que leur démographie est très différente de la notre, mais il est aussi notable que leur mode de consultation impose que l’abattage ne soit pas tellement possible. À méditer… Peut être que le jour où nous aurons dans notre profession des professionnels réellement professionnels et pas seulement à l’appât du gain, les choses changeront

 

Les revalorisations

Le premier point de revalorisation concerne leurs bilans. Ainsi la FNO avance que 70% des actes seront concernés.

Les orthophonistes ont 3 types de bilans cotés AMO 16, AMO 24 et AMO 30

Ainsi leur AMO 16 passera en AMO 22 en avril 2018 et en AMO 26 en janvier 2019. Ce qui implique qu’ils passeront de 40 à 55 puis 65€.

Cela représente un peu plus 62% d’augmentation sur le bilan !

Leur AMO 24 passera en AMO 30 puis 34, soit un passage de 60 à 75 puis à 85€.

Cela correspond presque 42% d’augmentation.

Enfin, l’AMO 30 deviendra AMO 36 puis AMO 40, impliquant une augmentation de 75 à 90 puis à 100€

Cela nous donne une augmentation de 33%.

En moyenne leurs bilans augmenteront de presque 46% !

Si l’on appliquait ces augmentations notre BDK 8,1 à 17,42€ pourrait passer avec une augmentation équivalente de 62% à 28€ et le BDK 10,1 à 21,72€ passerait avec 33% d’augmentation à presque 29€. L’UNCAM nous propose en l’état un passage à 23 et 23,22€ ! Quelle misère !

 

Quelques revalorisation de nomenclature sont aussi notées. Des cotations 11 qui deviennent 15,6… Là où pour nous un 7 devient un 8 et un 8 devient un 8,5.   Chez eux 41% d’augmentation, chez nous 14… On pourrait presque dire que la kinésithérapie est le palindrome de l’orthophonie.

 

Création d’un forfait handicap de 50€ par an par patient. Il est vrai que nous les handicapés… Enfin bref.

Valorisation de la prise en charge des enfants de moins de 3 ans. 6€ par séance ! Je ne sais même pas si cela vaut la peine de calculer ce que cela représenterait chez nous. Il est vrai que comme le handicap, nous ne sommes certainement pas au fait de la prévention des troubles chez les enfants de moins de 3 ans, sans commentaire.

Associé, une légère augmentation de cotation pour les prises en charges de enfants de 3 à 6 ans. 

 

Le forfait post-hospitalisation des patients AVC, neurologiques graves ou cancéreux. 100€ en plus des séances facturées. Ce forfait semble identique au notre.

Idem pour l’accueil des stagiaires en zone sous dense, indemnisation de 150€ identique à la notre.

 

Une revalorisation qui n’est pas financière est la modulation de la durée de l’acte. En effet, les orthophonistes sortent enfin du carcan temporelle. Si cela ne représente pas une amélioration financière directe, cela représente une avancée majeure tant du point des statistiques que de la liberté d’organisation.

 

Autre point non négligeable d’un point de vu législatif et administratif, leur notion d’urgence rentre dans leur convention. Contrairement à nous où notre ordre nous a gratifié d’une réunion n’ayant aucun intérêt (à lire ici), la FNO a réussi à faire inscrire au titre de la convention la notion d’urgence. Ils peuvent donc espérer une cotation future. Nous concernant, nos syndicats n’ont même jamais évoqué la chose… Là encore, peut être une question d’ambition !

 

Les modification de NGAP

Contrairement à nous où les modifications ne sont pas annoncées mais actées de la manière la plus flibustière possible, les orthophonistes ont vu certaines de leurs cotations regroupées en semble, et attention, systématiquement à la hausse. Ainsi deux anciennes cotation 5,1 et 8 se sont retrouvées sous la même appellation coté en 8. Un peu comme si pour nous, on nous disais « rééducation à la marche 6 » et « rééducation des 2 membres inférieurs 9,5 » deviennent « rééducation à la marche ou des deux membres inférieurs 9,5 » ! Croyez moi… cela ne sera aucunement le cas !

 

Incitations à l’installation

Les orthophonistes ne semblent avoir aucune mesure contraignantes à l’installation mais contrairement à nous continuent à être sur des mesures strictement incitatives.

Je ne commenterais pas volontairement les différents types de contrats proposés. En effet, nous l’avons vu avec notre avenant, les contrats peuvent sembler « attractifs » mais les contraintes pour maintenir les objectifs sont démesurés. N’ayant pas les détails des contrats obtenus par la FNO dans le cadre de cet avenant, il me semble aléatoire de commenter ceux-ci.

 

Conclusion

Même si le texte exact et détaillé n’est pour l’heure pas disponible et qu’il faut toujours se méfier de quelques détails dans le texte, il me semble clair que la volonté de l’UNCAM concernant les orthophonistes est clairement à l’opposé de celle nous concernant.

 

Merci à nos collègues orthophonistes de nous avoir montré que cela était possible contrairement à ce que nous affirment certains. Peut être une question de stratégie, de « mono-syndicalisme », d’ambition, de coalition et de congruence entre professionnels, je ne sais pas… Il est évident que notre offre syndicale semble bien platonique en comparaison.

Restriction d’installation, paupérisation de la profession, condamnation de l’exercice de qualité au profit de l’abattage sont de rigueur pour nous !

 

Alors oui messieurs, dames, jaloux je suis de ces orthophonistes qui ont réussi à faire ce que nous avons été incapables de faire. Si quelqu’un sait si l’on peut faire valider par l’expérience des modules pour devenir orthophoniste, qu’il me le dise rapidement car je pense jouer les opportunistes et changer d’orientation !

Car n’en doutez pas, la kinésithérapie, la vraie, celle qui est proche de son patient, celle qui prend son temps de parler aux tissus, d’avoir les moyens de ne pas être à la chaine, celle qui était rémunérée à la hauteur de son savoir, celle là… s’en est fini.

 

Vincent Jallu