Imprimer
Affichages : 1448

Le régime universel

Figure emblématique de l’élection du président Macron, le Régime Universel (RU) va uniformiser les 42 régimes de retraite. En dehors de toutes les tractations et les pseudos annonces, pour faire simple, en passant au régime universel, les kinésithérapeutes libéraux vont perdre en 12 et 25% de revenus.

Pire, oui nous allons cotiser plus, mais surtout, nous n’allons rien y gagner.

Si on nous disait « vous cotiserez 20% de plus et vous aurez 20% de retraite en plus », nous pourrions en discuter. Là non. Nous allons cotiser plus pour la même chose.

Pire encore, l’incertitude qui plane aujourd’hui autours de l’ASV. Cet Avantage Social Vieillesse, qui a déjà pris une lourde charge de plomb dans l’aile par le passé est plus que menacé. N’oublions que c’est un avantage conventionnel. Si il venait à disparaitre, cela constituerait un réel questionnement sur le fait de rester conventionné…

Aujourd’hui les discussions (car il ne s’agit pas de négociations) se font entre le haut commissariat à la réformes des retraites et les représentants des différentes branches. En ce qui nous concerne, la FFMKR et le SNMKR participent aux réunions avec le haut commissariat.

  

Comment s’organise la Carpimko

Je vais essayer de rester simple et de ne pas trop vous ennuyer avec des détails techniques.

Sachez cependant que la Carpimko est régit par 20 administrateurs dits « cotisants » et 2 membres dits « retraités ». 11 postes actifs et un poste retraité doivent être renouvelés.

Vous allez donc élire 3 administrateurs « masseurs kinésithérapeutes » et un administrateur « retraité ». Les retraité n’ont pas de distinction suivant l’origine de leur métier. Chaque administrateur a un suppléant.

Nous avons donc en toute logique, au mieux, 18% de choix décisionnaire au sein de la Carpimko. Celles et ceux qui vous font croire qu’en les élisant ils vont changer la face du monde au sein de la CARPIMKO sont des bonimenteurs !

Ensuite, sachez que la CARPIMKO est englobé dans la CNAVPL. En tant que membre de la CNAVPL, la CARPIMKO reverse une partie de ses bénéfices à la CNAVPL.

Cette CNAVPL regroupe 10 sections professionnels (chirurgiens dentistes-sages femmes, médecins, vétérinaires, agents d’assurance, experts-comptables et commissaires aux comptes, officiers ministériels-publics et des compagnies judiciaires, pharmaciens, architectes-géomètres-experts-consultants, notaires et enfin nous avec les IDE, les orthophonistes, les orthoptistes et les podologues).

Nous avons donc en toute logique 1,8% de pouvoir décisionnaire au sein de la CNAVPL. Celles et ceux qui vous font croire qu’en les élisant ils vont changer la face du monde au sein de la CNAVPL sont des bonimenteurs !

Cette même CNAVPL va être englobée dans le RU et ses 42 régimes !

Nous avons donc en toute logique 0,4 millièmes de pouvoir décisionnaire au sein du RU. Celles et ceux qui vous font croire qu’en les élisant ils vont changer la face du monde au sein du régime universel sont des bonimenteurs !

 

Un exemple de non négociation, le PASS c’est quoi ?

Beaucoup d’agitation autours du Plafond Annuel de la Sécurité Sociale (PASS). Dans le régime général de la CARPIMKO, tous les revenus en dessous du PASS (soit environ 40 500€) sont imposés à 8,23%. Tous les revenus au dessus du PASS sont imposés à 1,87%. 

Le haut commissariat propose donc de passer cette limite à 3 PASS (121500€ environ). Donc tous les revenus jusqu’à 121500€ seraient imposés à 8,23%. Sachant que parallèlement ce taux de 8,25% augmenterait ! Autant vous dire que l’addition va être salée !!!

Cette règle de 3 PASS est remise en cause par nos syndicats.

Et bien malheureusement cette règle de 3 PASS est actée. Certains partenaires sociaux avaient avancé un plancher à 8 PASS et le gouvernement a déjà tranché de manière non négociable à 3 PASS pour équilibrer le système.

Il est donc inutile à nos syndicats de faire croire qu’ils pourront modifier cela… Ce ne sont que des effets d’annonces.

N’oubliez pas qu’ils ne représentent au mieux que 0,4 millièmes de pouvoir décisionnaire…

 

Mais alors… Pourquoi nos syndicats s’intéressent ils autant à la Carpimko ?

La réponse est simple, ces élections sont un tremplin pour la représentativité.

Même si ces élections ne sont pas un critère principal de l’enquête qui détermine quels syndicats nous représente, c’est un critère secondaire.

En effet les élections « syndicales » sont au nombre de 2. La CARPIMKO et les URPS. Seules les élection des URPS sont comptabilisées pour la représentativité, mais un syndicat qui aurait des élus à la CAPRIMKO et qui n’arriverait pas à remplir les critères de représentativité serait avantagé.

Les syndicats ne sont pas dupes, ils savent très bien qu’ils ne pourront rien changé ou presque dans le fonctionnement de la CARPIMKO et encore moins dans celui de la CNAVPL et encore moins dans celui du RU… Mais si ils bataillent autant et si ils dépensent autant d’énergie et d’argent dans ces élections, c’est uniquement pour la représentativité !

C'est donc bien un objectif strictement politique qui anime nos syndicats... Soyez en sur, après cet article, ils vont tous monter au créneau pour affirmer le contraire ! Cela sera à l'image des quelques députés européens que nous venons d'élire et qui vous promettent de changer les choses en étant 2 ou 3 sur 751 ! La bonne blague...

 

Beaucoup parlent de la retraite mais le reste ?

Et oui la CARPIMKO c’est aussi le régime invalidité, l’ASV, l’aide sociale… Et cela pourrait aussi être le congé maternité si l’on s’en donnait la peine (à lire ici). Certains ne parlent que de la retraite et ont totalement occulté que nous avions aussi un régime d’invalidité décès, un ASV ou une action sociale.

Et si nous n’avons que peu de pouvoir sur le régime de la retraite, nous en avons plus sur les autres missions de la CARPIMKO.

C’est pourquoi au moment du vote, ne l’oubliez pas.

Personnellement j’aurais voulu voir un syndicat nous parler « d’alliance » au moins avec des partenaires de notre caisse (IDE, orthophonistes…), montrer que « oui nous ne pouvons rien faire », mais qu’éventuellement « avec d’autres » nous pourrions faire quelque chose. Et pourquoi pas, puisque nos syndicats représentatifs sont dans des collectifs tels que la Fédération Française des Professions de Santé, ou sont tout simplement aux réunions du haut commissariat de la réforme des retraites, montrer qu’ils peuvent s’associer avec les autres partenaires de la CNAVPL pour faire front commun.

Doux rêve utopiste… Quoique… La campagne n’est pas finie ! Je suis convaincu que certains vont s'apercevoir de leur erreur et corriger le tir d'ici peu !... À suivre.

 

 Vincent Jallu