Imprimer
Affichages : 1663

Madame la ministre de la santé a reçu ce mardi un rapport d’une « task force » sur la future réforme des modes de financement et de régulation de la santé.

Cette « task force », comprenez par là, « force opérationnelle », ou plus précisément, truc qui ne sert à rien mais qui va mettre le bordel, est dirigée par Jean-Marc Aubert. Si vous ne connaissez pas ce monsieur, il s’agit du directeur de la DREES (direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques). Tout est dit, des chiffres, de l’argent et… rien d’autre.

Si vous pensiez que la santé c’était des gens, des prises en charges, de l’humain quoi ! Et bien non, la santé ce sont donc des chiffres, de l’argent qui rentrer et qui sort, rien d’autre. Merci madame la ministre de nous le rappeler !

Parmis les « possibilités » envisagées, paiement à la qualité et à la pertinence, paiement au suivi des pathologies chroniques, paiement groupé à la séquence de soins… et comme de par hasard nous retrouvons le paiement à la structuration pour le travail en équipe et les soins de ville, en précisant directement «  d’ici à 2022, 1 000 communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS) et 2 000 structures d’exercice coordonné (maisons de santé, centres de santé, équipes de soins primaires) ».

Je trouve curieux que l’on parle de la coordination des soins et des forfaits groupés dans le même temps, pas vous ?

 

Le paiement groupé à la séquence de soins

Si les détails sont encore inconnus, nous avons un début de réponse sur ce que sera ce procédé !

« séjour, consultations externes, honoraires médicaux, soins infirmiers, kinésithérapie, etc. » seront rémunérés via un forfait unique.

Vous souvenez vous de mon dernier article sur les CPTS ? (à lire ici). Je relis encore les commentaires de certains syndicalistes se voulant « rassurants » ! La bonne blague ! Je ne sais pas si je dois en rire ou en pleurer tellement leur crédulité est affolante !

Voilà donc comment tout cela va s’organiser et se dérouler…

Un montant global sera proposé pour l’ensemble des actes depuis l’hospitalisation jusqu’à la fin de la rééducation… Juste histoire de plaisanter un peu, imaginez ce qui se passera si l’hospitalisation dure 3 jours au lieu de 2 ? Et bien c’est simple, les 300€ qui étaient originellement alloués à la rééducation resteront à l’hôpital puisque ce sera le premier à se servir !

Donc soit on proposera au patient de ne pas avoir de rééducation soit on dira au gentil kiné de faire « les soins » pour « rien » !

Qui sera le pigeon de l’histoire ? Plaisanterie à part, redevenons réalistes et voyons comment cela pourra s’organiser…

Nous pouvons supposer que l’argent va transiter depuis le haut vers le bas. Premier arrivé, premier servi. Nous pouvons aussi supposer que l’argent sera réparti forfaitairement parlant. Ce qui implique directement que les soins devront être faits pour une somme définie à l’avance. Vous aurez donc disons 240€ pour la rééducation de la PTH. SI il n’y a pas de problème en 15 séances (actuel forfait) tout va pour le mieux. Si par manque de chance tout ne va pas pour le mieux… Vous finirez les soins « à votre charge », à savoir que vous n’aurez pas un euro de plus.

Autre possibilité, les acteurs définissent entre eux leurs besoins. Et donc leur financement... Est-ce que le terme « compérage » vous parle ?

Alors laissez moi vous guider… Le compérage étant interdit par les différents, ordres, imaginons un hôpital négociant avec plusieurs CPTS. « la CPTS qui nous laisse la plus grande part des financement remporte tous nos patients ! ». Voilà… C’est cela du compérage (ou plus littéralement, entente secrète entre deux ou plusieurs personnes en vue d’avantages obtenus au détriment du patient).

Voilà donc les trois scénarios envisageables, tous plus charmants les uns des autres !

Le patient dans l’histoire ? Tout le monde se fout royalement de ce que l’humain représente, seul les économies comptent. Voilà ce que nous propose madame la ministre.

Et comme tout sera orchestré depuis l’hôpital vers les CPTS gentiment organisées pour répondre présent, et bien oui, nous seront comme souvent les dindons de la farce !

Car finalement, les cabinets libéraux vont devenir les petites mains des hôpitaux. 

Mais soyez en surs, nous allons bien trouver des syndicalistes pour nous expliquer que c’est l’avenir que tout va bien et que nous avons une grande place au sein de ce système dans lequel nous sommes le dernier sous-personnel de la grande pyramide hiérarchique !

Juste histoire de vous apporter un élément factuel financier, en Suède où ce procédé existe déjà le forfait est de 5400€ pour l’ensemble de la prise en charge d’une PTH. Hospitalisation, chirurgie, anesthésie, consultations pré-post opératoire, soins (IDE, MK…). Et si l’on en croit le rapport de la SOFCOT (à lire ici), ce n’est pas une réussite ! Risque élevé de sélection des patients, baisse de la qualité de prise en charge, surcoûts induits, complexité croissante des circuits financiers.

Posons nous la question due pourquoi les orthopédistes ne sont pas contents de cette mesure ?

 

La mascarade de l’ordre

Je fus assez surpris de lire le communiqué de notre ordre (à lire ici), presque satisfait que madame la présidente fût invité à la présentation de ce superbe avenir qui se dessine pour nous. On peut même lire dans ce communiqué « la présidente du conseil national a participé au groupe de travail mis en place dans le cadre de la stratégie de transformation du système de santé lancée en février 2018 par le Premier Ministre et la ministre des Solidarités et de la Santé dont ce rapport présente les conclusions. ».

Devons nous en conclure que notre ordre a participé activement et est satisfait que l’humain et que le patient soient irrémédiablement exclus dans l’avenir de la santé en France ?

Devons nous en conclure que notre ordre se félicite de cet avenir qui se dessine pour les kinésithérapeutes ?

Je vous avoue que je suis totalement perdu dans la logique que notre ordre semble mener dans tout cela.

Parallèlement notre ordre nous informe depuis quelques temps de son souhait de créer la profession d’aide-kiné (à lire ici et là).

Voilà un bel outil complémentaire aux forfaitisations globales !

Et oui, réfléchissons, si ce sont des « petites mains » qui réalisent les actes dans le cadre des forfaits globaux, transformant les cabinets en usines à patients (je ne sais même pas si nous devons encore les appeler comme cela ou si le terme « bestiaux » ne serait pas plus adapté ?), alors nous avons là une solution toute trouvée.

Je pense qu’il va être urgent pour notre ordre d’annoncer clairement ses positions et ses volontés pour que l’on sache réellement où notre ordre veut aller. Et il est de notre devoir de le demander à notre ordre.

 

Conclusion

Si pour l’instant ces mesures sont « envisagées », ne doutons pas une seule seconde qu’elles arriveront. Car madame la ministre a même précisé que ces dispositions pourraient entrer en vigueur, soit pas le droit commun soit par la possibilité introduite par l’article 51. Il n’y aura donc pas de recours législatifs contre ces mesures si elles étaient introduites de cette manière. C’est beau la démocratie, surtout quand on fait en sorte de s’assoir dessus !

Nous voici donc dans l’ère de l’inhumain, des cabinets usines, des regroupements en MSP, en CPTS. Le patient, pardon, le bétail, sera pris en charge avec des critères exclusivement financiers.

 

Vincent Jallu